Massif Central Ferroviaire 
Les Viaducs sont les Châteaux de la Loire du Massif Central
Bonjour, et bienvenue aux internautes qui s'intéressent à l'histoire, à la géographie, au patrimoine, aux paysages et à l'avenir ferroviaires du Massif Central.
Actualités Inventaire Repères Annexes
Première visite : lire l'Editorial
Patrimoine
Recherche par département  |   Recherche par ligne PO PLM Midi  |   Recherche par nom  |  Recherche par date  |  Recherche par carte | ToponymeExpress
N° 256  du 01/01/2020
 
L'actualité du 19/12/2019
 
Toute l'actualité  |  L'agenda   (2 RV)


La photo du mois
:


Cette barrière décatie contrôle l'accès à un chemin à priori public, le long de la ligne de Vierzon à Tours. Le temps n'a pas réussi à effacer une jolie faute d'orthographe.

Photo réalisée le
28/09/2019 par Rails & Drailles.

  • Allier : Saint Menoux, Sazeret, Cosne d'Allier 1 2 3 4 5. [8 photos]

  • Ardèche : Joyeuse 1 2. [2 photos]

  • Aveyron : Saint Georges de Luzençon, Viviez 1 2 3 4 5. [7 photos]

  • Bouches du Rhône : Vernègues 1 2, Aix en Provence, Venelles 1 2. [6 photos]

  • Cantal : Saint Amandin, Lugarde. [2 photos]

  • Corrèze : Mansac 1 2 3, Saint Pantaléon de Larche 1 2 3. [7 photos]

  • Gard : Concoules 1 2 3 4 5 6. [6 photos]

  • Gironde : Saint Seurin sur l'Isle 1 2. [2 photos]

  • Haute Garonne : Toulouse 1 2 3 4, Fenouillet. [5 photos]

  • Indre et Loire : Azay sur Cher 1 2 3, la Croix en Touraine. [4 photos]

  • Haute Loire : Monlet 1 2, Allègre, Céaux d'Allègre 1 2, Vernassal. [6 photos]

  • Lot : Mercués 1 2 3. [3 photos]

  • Vaucluse : Avignon 1 2. [5 photos]

  • Haute Vienne : Lhommaizé 1 2 3. [3 photos]

  • Ont contribué à cette édition : Christophe BENOIST, Damien FOLLET, Bernard LACOTTE, Pierre EVRARD, Bernard IBRY, Florian LAVAL, Georges TURPIN.

  • La présente édition est illustrée par plus de 12279 photos.

  • La présente édition est liée à une base de données comptant 66893 entrées.

  • Le n° 257 paraîtra le 01/02/2020
  • .

    Quand le chemin de fer bat en retraite.


    L'automne 2019 aura vu le trafic très perturbé, parfois réduit à néant, sur la ligne du littoral languedocien. En cause : les intempéries puis les grèves, des épisodes qui nous rattachent respectivement à la "fin du monde" et à la "fin du mois".

    La partie de poker menteur qui s'est jouée à propos de la réforme envisagée du système des retraites a totalement occulté l'urgence écologique, seule vraie priorité du temps présent. Les quelques papous et tatous qui survivront aux tsunamis, incendies et pandémies à venir auront d'autres préoccupations que l'âge pivot ou les pensions de réversion.

    Les débrayages massifs et prolongés des conducteurs de la SNCF et de la RATP se sont traduits par un emballement de la machine à CO2 : recours accru à l'automobile (personnelle ou bien louée), au covoiturage et aux cars Macron, embouteillages monstres aux portes des grandes villes, utilisation forcenée d'internet pour la commande et la livraison exclusive par camion de biens en provenance du bout du monde. L'effet de serre, personne n'en a cure, surtout pas la COP25.

    Et, en France, il faudra de moins en moins compter sur le chemin de fer pour sauver la planète. Le gouvernement, pas vraiment ami-ami avec les cheminots, fermera complètement le robinet des crédits pour l'amélioration, voire l'extension, du réseau. Les usagers, devenus plus que jamais défiants envers le rail, privilégieront les autres moyens de transport chaque fois qu'ils le pourront. Les entreprises, dont le fret est resté calé pendant des semaines, reviendront au poids lourd, si elles survivent. Et, bien sûr, plus aucun provincial n'envisagera de prendre le train pour un pré-acheminement vers un avion long-courrier : Hop ou un autre feront l'affaire. La pollution de l'air a ses plus beaux jours devant elle.

    Au moins, on aura échappé aux grèves de changement de service, lequel sera passé totalement inaperçu, sauf que le lancement du Léman Express a tourné au fiasco et la mise en service de la gare, déjà mal aimée, de Nîmes_Pont du Gard au ratage. Les nouvelles rames du Cévenol, sans doute reléguées à Courbessac, aux côtés du fameux train des primeurs, doivent être à présent couvertes de tags, des pantos aux essieux.

    Puisque l'avenir du chemin de fer, dans l'hexagone, est derrière lui, force est de nous tourner vers le passé. En 2020, le Brioude - Alais aura 150 ans (mais, côté exploitation, plus toutes ses dents), et des esprits éclairés ont décidé de célébrer ce formidable monument de génie civil, où la traction vapeur a écrit ses plus belles pages.



    Plus d'info / source : 150anstraincevenol.info.
    Le reste de l'actualité