Massif Central Ferroviaire 
Les Viaducs sont les Châteaux de la Loire du Massif Central
Bonjour, et bienvenue aux internautes qui s'intéressent à l'histoire, à la géographie, au patrimoine, aux paysages et à l'avenir ferroviaires du Massif Central.
Actualités Inventaire Repères Annexes
Première visite : lire l'Editorial
Patrimoine
Recherche par département  |   Recherche par ligne PO PLM Midi  |   Recherche par nom  |  Recherche par date  |  Recherche par carte | ToponymeExpress
N° 255  du 01/12/2019
 
L'actualité du 10/11/2019
 
Toute l'actualité  |  L'agenda   (1 RV)


La photo du mois
:


Alors que les services publics, en France, sont à bout de souffle, alors que les guichets de la SNCF ne sont plus qu'un souvenir, une Maison de Services Au Public réinvente l'accueil en gare : c'est à Vatan, dans l'Indre.

Photo réalisée le
28/04/2019 par Georges TURPIN.

  • Allier : Vieure, Fourilles, Target, Ussel d'Allier. [4 photos]

  • Aude : Leuc 1 2 3. [3 photos]

  • Aveyron : Lapanouse 1 2, Aubin. [3 photos]

  • Bouches du Rhône : Alleins 1 2 3 4. [5 photos]

  • Charente : Vouharte, Saint Genis d'Hiersac 1 2 3, Vars 1 2 3 4. [8 photos]

  • Dordogne : Chancelade 1 2 3 4 5, Château l'Evêque 1 2 3 4 5 6 7 8, Moulin Neuf. [15 photos]

  • Drôme : Livron sur Drôme 1 2 3 4 5, Châteauneuf sur Isère, Alixan. [8 photos]

  • Gard : Canaules et Argentières 1 2 3 4, Ponteils et Brésis 1 2 3 4 5 6 7 8. [12 photos]

  • Haute Garonne : Belberaud. [1 photo]

  • Gironde : Abzac. [1 photo]

  • Indre et Loire : Saint Martin le Beau 1 2 3 4. [4 photos]

  • Haute Loire : Craponne sur Arzon. [1 photo]

  • Lozère : Saint André Capcèze. [1 photo]

  • Puy de Dôme : Clermont Ferrand 1 2 3 4. [4 photos]

  • Tarn : Vabre 1 2. [2 photos]

  • Vienne : Lhommaizé, Mazerolles, Poitiers 1 2. [4 photos]

  • Haute Vienne : Bellac 1 2 3 4. [4 photos]

  • Essonne : Montgeron 1 2 3. [3 photos]

  • Ont contribué à cette édition : Christophe BENOIST, Laurent COURTOIS, Pierre EVRARD, Damien FOLLET, Bernard IBRY, Bernard LACOTTE, Florian LAVAL, Jean-Jacques MARCHI, Graham SKINNER, Georges TURPIN.

  • La présente édition est illustrée par plus de 12208 photos.

  • La présente édition est liée à une base de données comptant 66537 entrées.

  • Le n° 256 paraîtra le 01/01/2020
  • .

    Quand le chemin de fer prend l'eau...




    Ces rames japonaises, noyées après le déferlement du typhon Hagibis, seront démolies. Un tel spectacle pourrait se voir à Villeneuve Saint Georges ou à Sète dans un avenir pas forcément lointain.

    Les pluies de l'automne 2019 se sont traduites, en France, par des coupures de ligne, souvent prolongées, comme à l'ouest de Béziers ou au nord de Dax. Or la SNCF semble de moins en moins armée pour faire face à de telles circonstances.

    En premier lieu, SNCF Mobilités se montre incapable de proposer rapidement des solutions de substitution. Au contraire, et c'est devenu une habitude quel que soit l'aléas, elle propose aux clients impactés de reporter leur voyage, ce qui, la plupart du temps, n'est juste pas possible. A cela, trois raisons. D'une part, il n'existe plus guère d'itinéraires de détournement : c'est particulièrement criant le long du littoral méditerranéen, précisément le plus exposé aux épisodes extrêmes. D'autre part, les moyens "comprimés" en matériel et en personnel ne permettent plus de mettre en place des solutions alternatives. Enfin, en ne faisant pas rouler les trains ou en limitant leur parcours sur les lignes incriminées, cela réduit les coûts et permet, qui sait, aux cheminots en chômage technique de solder leur généreux congés.

    En second lieu, SNCF Réseau se trouve confronté à la dispersion de ses moyens sur les nombreux chantiers en cours, ainsi qu'à l'application de normes techniques et administratives contraignantes. Pire, le souci d'économie la conduit à intervenir dans la plupart des cas sur des lignes qu'il faut fermer à tout trafic, souvent pendant des mois. Bref, la réactivité n'est plus ce qu'elle était : il y a soixante ans, on peut penser que le trafic aurait été rétabli en 48h sur une voie unique provisoire à Villeneuve lès Béziers.

    Ainsi, plus le dérèglement climatique mettra à mal les installations et le matériel ferroviaires, moins la SNCF sera à même d'y pallier. Sa théorie du risque calculé va voler en éclats.

    Mais après tout, n'y-a-t-il pas une morale dans l'histoire? Le secteur des transports est désormais le premier émetteur de gaz à effet de serre : dés lors n'est-il pas normal qu'il soit aussi le premier à en subir les conséquences? Ce qui n'est pas juste pourtant, c'est que le chemin de fer, plutôt vertueux, soit en fait une victime collatérale de la route, coupable désignée. Mais qui est prêt à lâcher le volant ou à le faire lâcher à ses "chers concitoyens"?


    PS : les intempéries de la seconde quinzaine de novembre ont confirmé la vulnérabilité de l'exploitation ferroviaire ici et là : sillon alpin sud (neige), Côte d'Azur (pluie), Chantonnay - Bressuire (humidité), Polt (feuilles mortes). Au moment où l'Etat s'apprête à sabrer les crédits à SNCF Réseau.
    Plus d'info / source :
    Le reste de l'actualité