Massif Central Ferroviaire 
Repères
Page d'accueil | Actualités | Inventaire | Lignes PO PLM Midi | Repères | Annexes | ToponymeExpress
Béziers - Neussargues : 30 ans de déclin

par Romain David
e réseau du Massif central reste loin d'un brillant destin. Parmi ses lignes malmenées, celle des Causses a subi plusieurs faits aboutissant à sa dévitalisation. En consultant les horaires avec 30 ans de recul, on remarque la multiplication des pages du tableau Béziers - Neussargues et une vidange des colonnes.

Comment expliquer le déclin de cette voie ferrée ?


Agrandir
n contexte défavorable.

La ligne traverse des territoires isolés sans desservir de localités majeures. D'orientation nord/sud, elle croise les vallées, d'où l'alternance entre des plateaux (planèze, Aubrac, causses) - parfois déserts - et quelques bassins contenant les poches d'habitation type pôle rural ou petite ville (Marvejols, Millau etc.). Par ailleurs, cette voie ferrée souffre d'une configuration du réseau handicapante. Ce trait d'union entre l'Auvergne et le Midi demeure partiel, car il échappe aux métropoles de Clermont Ferrand et de Montpellier.

Agrandir
a mise en place de barrières.

Trois régions se partagent Béziers - Neussargues, et, dès 1995, plus aucune ne désire maintenir de liaison quotidienne sur l'intégralité du parcours. Deux nouvelles têtes de ligne apparaissent : St-Chély et Saint Flour, avec, au milieu, un interstice de 40 km récupéré par le transport à la demande. Venant de Rodez, les TER Midi-Pyrénées empruntent la portion Sévérac - Millau. Ce ménage à trois engendre une segmentation de l'offre, qui s'ouvre et se ferme suivant les sections. Nord et sud se tournent le dos. Seul le Paris - Béziers quotidien assure le lien (avec un temps de parcours toujours plus long depuis 1975).
e tarissement des lignes affluentes.

L'artère des Causses dessert indirectement plusieurs villes (Mende, Rodez, etc...) potentiellement intéressées par une relation directe avec Paris ou un débouché vers le sud. Pourtant, l'offre des lignes, raccordant ces localités à Béziers - Neussargues, montre une grande incohérence. Les récents allongements de temps de parcours suppriment les correspondances comme à Sévérac où les trains se croisent sans offrir d'échange. L'effet réseau, qui incombe au chemin de fer, n'existe plus. Les voies affluentes ne servent qu'à titre d'antenne, sans lien effectif avec la ligne des Causses.

Agrandir
a concurrence routière.

Axe rapide et gratuit, l'A75 est devenue le support des liaisons entre métropole régionale et montagne. Mende, Millau, Saint Flour disposent de dessertes routières directes vers Montpellier ou Clermont Ferrand. La convergence rail/autoroute devient le lieu de correspondances privilégiées comme à Millau ou Massiac, situées en dehors de la ligne des Causses. Cette position extérieure aboutit à un détour complet de la section Neussargues - Saint Flour. Désormais, le rail s'articule autour de l'A75, ce qui confirme sa déstructuration.

Agrandir
éziers - Neussargues continue d'être enterrée avec la mise en dormance des infrastructures, l'allongement des temps de parcours, ou l'offre, en chute libre et morcelée. Il semble que l'artère des Causses soit un laboratoire de tests, où l'on propage notamment le symptôme de " l'espace interstitiel " aux sections Marvejols - Sévérac et Saint Flour - Neussargues, à quand un train de taxis TER ? Il résulte des quatre facteurs observés un isolement chronique de la ligne, ne laissant pas augurer une perspective éblouissante...
Page d'accueil | Actualités | Inventaire | Lignes PO PLM Midi | Repères | Annexes | ToponymeExpress
DY>